Remplacer sa chaudière par une pompe à chaleur

La chaudière au fioul est un appareil appartenant à l’ancienne génération. Tout comme les téléphones qui pour la plus grande majorité sont devenus des smartphones, la pompe à chaleur fait partie intégrante de la société actuelle par ses caractéristiques qui prennent en compte l’environnement, la consommation d’énergie et la performance d’utilisation. Parfaitement adaptée aux systèmes existants, le choix se porte désormais sur quel type de pompe à chaleur utilisée, dans le cas d’un renouvellement, ou d’un remplacement total du moyen de chauffage qui a fait son temps depuis des années. Il est grand temps de laisser place à la prochaine génération, le tout étant de choisir le modèle et la configuration qui sont le plus adaptés aux besoins et aux moyens d’un foyer.

Le type de pompe à choisir

Dans l’optique de remplacer son ancienne chaudière, les spécialistes d’entretien de maison conseillent d’installer une pompe à chaleur de type aérothermique ou géothermique. Voici donc leurs explications :

  • L’aérothermie : ce genre de pompe à chaleur récupère les calories naturellement présentes dans l’air extérieur afin de réchauffer le logement. Il est facile à mettre en œuvre et s’impose comme étant la plus répandue des tous les types de pompe à chaleur.
  • La géothermie : la pompe récupère les calories présentes dans la terre. Ce genre d’installation nécessite toutefois un plus grand terrain et des travaux d’installation qui peuvent être très coûteux au final, bien qu’il est très efficace pour les plus grandes maisons.

Dans le cas du remplacement total de la chaudière, la plus adaptée revient à la pompe à chaleur aérothermique « air – eau », son principe utilise l’air extérieur pour chauffer un circuit d’eau chaude afin d’alimenter les radiateurs à de basses températures, car une partie de l’installation placée par la chaudière peut être réutilisée, ce qui rend les travaux moins lourds.

Conserver ou non l’ancienne chaudière

S’il s’avère que la pompe à chaleur air – eau est le remplaçant idéal de la chaudière, il est important de se demander si elle est suffisante pour assurer à elle seule l’ensemble des besoins en chauffage de la maison, ainsi qu’en eau chaude sanitaire. En effet, il y a d’autres critères à prendre en compte, comme l’isolation du logement, le climat environnant y affilié, et enfin la consommation quotidienne des personnes qui se trouvent dans le foyer. Ici aussi, des spécialistes en la matière ont pu donner de précieux conseils :

  • Lors d’un remplacement complet

Seulement lorsque le climat est doux, que le logement est isolé et que le chauffage est utilisé de manière restreinte, une seule pompe à chaleur peut très bien faire l’affaire. A conditions toutefois d’avoir effectué un dimensionnement adéquat pour mesurer la puissance nécessaire requise. A l’aide d’un professionnel, il est possible d’obtenir ce genre d’informations, ce qui permettra pour la suite d’assurer un confort thermique optimal.

  • L’utilisation de la pompe à chaleur en complément de la chaudière

Il est tout à fait possible de coupler une pompe à chaleur avec une chaudière, si cette dernière est toujours en bon état de marche, ce qui fera office de bon complément. Cette option se révèle tout aussi intéressante pour certains foyers dans le sens où les besoins élevés en chauffage ne peuvent être comblés par une pompe à chaleur seule. C’est souvent le cas lorsqu’une habitation est mal isolée, ou encore que le climat est parfois inflexible etc…

  • L’option d’un système hybride

Il peut aussi arriver que la chaudière soit hors-service et plus en état de marche, pourtant les besoins en chauffage du foyer restent élevés. Il est alors possible de choisir la solution du couplage de la pompe à chaleur avec une nouvelle chaudière d’appoint, ce qui en fait un système hybride à des besoins plus grands en chauffage. Cependant, ce genre de système ne s’improvise ni ne se décide sur un coup de tête, il nécessite notamment de vérifier que l’installation électrique disponible soit capable de supporter les deux appareils ; et surtout tenir compte du fait que l’installation nécessitera une maintenance régulière ainsi qu’un entretien rigoureux.

Dans le cas où le couplage semble le plus adéquat à vos besoins, il est nécessaire de faire passer un diagnostic d’installation et du logement afin de mesurer la performance thermique du bâtiment ainsi que son isolation. Issu de ce diagnostic, il faudra également étudier quelle pourrait être la meilleure source de chaleur de la pompe, géothermique, hydrothermique ou aérothermique. Enfin, il faudra veiller à ce que l’adaptation en place puisse tirer le meilleur parti du couplage en prenant en compte une série d’éléments techniques du ressort d’un professionnel.

  • Option supplémentaire

Il est tout à fait possible de souhaiter que la pompe à chaleur, en plus du chauffage de la maison, s’occupe aussi de la production d’eau chaude sanitaire. Dans ce cas-là, il est préférable de choisir le modèle « duo », ou de raccorder la pompe à un ballon préparateur d’eau chaude. Toutefois, si les températures climatiques de la région augmentent considérablement en saison chaude, il est conseillé d’opter pour un modèle réversible qui peut rafraîchir l’habitation de quelques degrés, et si les émetteurs nécessaires sont disponibles.

Coût total

Le prix d’une pompe à chaleur peut varier en fonction de ses caractéristiques différentes qui sont : la puissance, la superficie qu’elle peut couvrir, le nombre de pièces à chauffer, l’isolation du logement, ainsi que la configuration qui lui est appliquée… dans le cas d’un modèle air – eau, cité plus haut comme étant le plus adapté dans une maison individuelle, le prix général se situe entre 6.000 et 9.000 €, sans compter l’installation et le matériel supplémentaire.

Il est bon à savoir que le remplacement d’une chaudière au fioul par une pompe à chaleur se fait par un professionnel agréé, qu’on surnomme le RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), qui se trouve être le plus qualifié pour ce type d’exécution. Il est tout aussi important de noter que ce genre d’installation peut bénéficier de certaines aides à l’achat, ainsi que lors de la pose d’équipement, on peut citer l’aides de l’Anah, le crédit d’impôt, ou encore l’éco-prêt à taux zéro etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut